S'identifier - Contact

Big Dreams
un aller simple vers Shanghaï

Mercredi 22 Juillet 2009

Eclipsée…

Note : 3.2/5 (210 notes)

…ce matin à Shanghai où le soleil a entièrement disparu pendant 7 longues minutes, me laissant songeuse sur le trottoir et sous la pluie.
 
Mes collègues grommelaient autour de ce mauvais présage, qui trouve son origine dans la domination du yang (male, lumière) par le yin (femelle, obscurité). 
 
Pour découvrir ce grand jour d’aliénation totale de l’homme par la femme cliquez donc ici.

Carine - 13:18 - rubrique Video - Permalien - 1 commentaire

Jeudi 04 Juin 2009

Le « Prisonnier d’Etat » fait trembler la Chine

Note : 3.1/5 (175 notes)

A l’occasion du 20ème anniversaire des émeutes étudiantes de la place Tiananmen de Pékin, la Chine frappe fort pour éviter tout dérapage. Au programme : activistes isolés dans des contrées lointaines (enfin pour ceux qui ne croupissent ni en prison, ni en asile), événements privés rassemblant plus de 100 personnes annulés au dernier moment par la police, Twitter, Flickr ou autre Blogger expressément censurés. Youtube aussi bien sûr, mais le vilain n’avait de toute façon jamais rouvert depuis la mise en ligne des vidéos révélant les exactions policières à l’encontre des moines Tibétains.
Les réseaux sociaux made in China n’ont pas eu besoin d’une coupure de courant généralisée. Fonctionnant véritablement au pas du parti, ils ont pris les devant. Taper « Tiananmen » sur Fanfou.com, la version chinoise de Twitter et vous comprendrez à quel point : « aucun résultat de recherche ». On ne peut plus clair. Autocensure aussi chez Qihou, le moteur de recherche spécialisé sur les forums de discussions et les blogs, qui a lui le culot de proposer en résultats de recherche une liste exhaustive des plus beaux musées de la place, celle-là même qui fit jaillir le sang d’une jeunesse éprise de liberté en Juin 1989. Idem sur Google Image, ou l’on peut admirer l’architecture communiste du haut lieu touristique Tiananmen. 
Mais ce ne sont pas les Chinois qui effraient le gouvernement. Eduqués des leur plus jeunes âges à fermer leurs gueules pour vivre en harmonie, ils n’ont aucune conscience politique. S’ils conviennent que la censure existe et qu’elle est dure, ils s’en foutent royalement. Ce fatalisme allié au renoncement est plus terrifiant encore que la censure elle-même. Elle est de loin la valeur sure du régime. 
 
Alors pourquoi la Chine se donne-t-elle autant de mal ces jours-ci ? Parce qu’il y a une chose que le peuple chinois ne sait pas : c’est l’extrême violence de la répression de Tiananmen. Et quelqu’un vient de la mettre en page dans un livre intitulé « Prisoner of the State ». Le prisonnier d’Etat en question n’est autre que feu l’ancien Premier Ministre Zhao Zijyang qui s’opposa à la répression sanglante de juin 1989. Il fut arrêté et passa ses 16 dernières années reclus. Il enregistrera secrètement ses mémoires sur casettes audio, détaillant ainsi les coulisses des plus grands événements politiques qu’a connus la Chine dont Tiananmen. Un livre choc car pour la première fois la méthode répressive est rapportée non pas par un dissident ou un media international, mais par un ancien du Parti qui occupa la fonction suprême de Premier Ministre. Au cœur du système donc. Très facilement accessible à Hong Kong, (il trône sur les stands Relay de l’aéroport), le livre se passe ici sous le manteau. Le ton est donné des la dernière de couv : « J’ai senti que c’était inutile pour ces jeunes étudiants de finir leurs vies ainsi. Les étudiants ne pouvaient pas imaginer le traitement qui les attendaient ».
 
Le gouvernement se serait bien passé de cette mauvaise publicité à quelques mois des célébrations de son avènement. Pour faire diversion, le China Daily publiait hier, en une de son édition web, un reportage photo sur les évolutions majeures apportées par 60 ans de régime communiste. Car s’il y a un seul et unique anniversaire à fêter ce sera celui-ci, en octobre prochain à Pékin. Où qui sait des feux d’artifice jailliront peut être sur les jeunes âmes perdues de la place Tiananmen. Triste ironie du sort.

Carine - 11:02 - rubrique Humeurs - Permalien - 0 commentaires

Mercredi 13 Mai 2009

Lettre ouverte au rédacteur en chef de Métro

Note : 3.3/5 (150 notes)

En lien avec mon blog hébergé chez Métro http://tinyurl.com/rx38gq

J’apprends que certains posent leurs valises à Cannes pour suivre le Festival… pendant que d’autres jouent les reporters de guerre en Chine. Trop c’est trop. Champagne pour les uns et nems pour les autres ? Y’en a marre. Je veux aller à Cannes et j’ai 10 bonnes raisons pour te convaincre :
1 J’écris un papier (presque) tous les jours. Depuis lundi dernier certes, mais on ne peut plus me reprocher d’être la mollassonne du clavier de la rédaction.
2. Mabrouk Rachedi a bien été envoyé au salon du livre lui. Pire chez Pivot sur les mots de minuit. Ya du favoritisme ou bien ?
3.Ca va, je sais que ce n’est pas Bernard Pivot qui présente les mots de minuit. Je me cultive un peu.
4.La preuve je regarde question pour un champion tous les jours sur TV5 Asie. En parlant de ca, il a pris un sacré coup de vieux Cauet.
5.Sais-tu qu’en plus je suis une amie personnelle de David Lynch et de Demi Moore (sur Twitter oui. C’est déjà non?)
6. Et qu'à bouffer du sang de canard frais tous les jours j'en ai les pieds qui se palment (d'Or ouch).
7.Sans compter que tu m’as encore enlevée de la page d’accueil. Ca n’a rien à voir mais je voulais t’en parler.
8.Et puis demain quoi ? Tu me nommes chef de rubrique Sodoku ?
9. Parce qu’enfin je suis sur le point d’écrire un mail à Christine Albanel.
10.Et que ma valise est déjà prête.

Carine - 23:12 - rubrique Humeurs - Permalien - 0 commentaires

Lundi 11 Mai 2009

Léon (Dubosc) dit Le Chat ou encore un problème de représentativité

Note : 2.9/5 (174 notes)

La vidéo de mes exploits cinématographiques a été « égarée ». La CIA, je ne sais pas. Les artistes pro-hadopi peut-être. Ou quelqu’un qui me veut du bien. Parce que trop ridicule. Une réputation à tenir. La France en Chine merde ! Des mois d’efforts diplomatiques jetés en l’air par une expatriée en mal de notoriété. Trop risqué. La France met des gros moyens pour redorer son image ici vous comprenez. On sort l’artillerie. Du lourd. Tenez-lui par exemple. Regardez-le bien. C’est la dernière arme politique en date pour améliorer les relations franco-chinoises. Je vous le jure.
 
Apres Chirac et Raffarin en transit régulier à Pékin, on sort enfin du neuf. Le type en question – enfin n’ayons peur rien, appelons-le par son nom - Léon le Chat (?!) est la mascotte française de Shanghai Expo 2010. C’est lui qui ouvrira les portes du pavillon bleu blanc rouge de l’Exposition Universelle. Faudra prévenir les gens avant. Les enfants surtout. Les amis de la culture aussi.
 
Léon le Chat (j’en pleure de l’écrire) entrera en piste le 1er mai 2010. Le jour où je célébrerais mes 33 ans. L’âge du Christ. Ne me dites pas que je ramène toujours tout à moi. Je cherche une explication spirituelle. Parce que rationnellement, nous sommes d’accord, ca n’a aucun sens. Léon le Chat. J’veux dire LEON LE CHAT. M’enfin pourquoi ? Winnie l’ourson n’était pas libre ? Bob l’éponge en vacances ? On veut savoir nous !
 
Ou alors c’est une pépite pour mon blog en mal d’inspiration. Mais vraiment, il ne fallait pas. Parce que je ne trouve même pas une vanne à la hauteur. Tout est déjà là. Rien à redire. Léon le Chat est tout bonnement le fils spirituel de Franck Dubosc. A vous de juger.

Léon
Le Pavillon France s’est choisi une mascotte à la hauteur de l’événement. C’est LEON, le chaton, joyeux et farceur qui interagira avec les visiteurs du Pavillon France. Léon des villes et de Shanghai.
Léon le chaton est un personnage qui a environ 7 ans.
Il vit chez ses parents.
Il incarne un enfant ordinaire.
Chaque enfant se retrouve à un moment ou à un autre au travers de Léon.
Il est joyeux et impulsif, ce qui l’amène à faire des bêtises.
Il est bon vivant et gourmand (il est rond).
Il est toujours prêt pour l’aventure et la découverte du monde.
Il évolue dans un milieu ordinaire : la maison, l’école, il habite en ville
et va à la mer, à la campagne...
Il suit les rituels des enfants : le bain, le goûter, les anniversaires mais
toujours en faisant des bêtises : il oublie de fermer le robinet, il saute
dans les flaques d’eau, fait des grimaces, etc...
Il est toujours présenté dans un univers très coloré.

Carine - 21:33 - rubrique Humeurs - Permalien - 0 commentaires

Jeudi 30 Avril 2009

movie star

Note : 3.3/5 (158 notes)

 
Mardi soir coup de fil. On cherche des filles pour un clip. Attends voir. Je fête ma 32eme bougie après demain, 5 kilos en trop sous les bras et la ride affirmée de la fumeuse désabusée entre le mascara et l’oreille droite. Hein quoi kesce tu dis. J’ t’entends mal depuis le stand pate à quiche de chez Carrefour où mon potentiel de figurante sexy est resté plus ou moins entre la crème fraiche et les lardons. Ah ouais. Le clip Shanghai Expo 2010. Avec Les stars de la chanson des Jeux Olympiques. Diffusion mondiale. Bouge pas je regarde mon agenda. Nan t’inquiète. Pour te rendre service. Naaaaann j’te dis. My pleasure.
Rendez-vous pris le lendemain, 13h. Direction Pudong, le quartier favorisé de Shanghai. Entrée discrète dans le studio. Mes fantasmes de figuration au sein d’un clip artistique se perdent dans le décor Vivement Dimanche, enfin Oh secours c’est Lundi parce que pour le budget culture, ils ont tout lâché dans les olympiades l’été dernier on dirait.
Les 2 néons qui éclairent la scène du studio TV me filent mal au crâne. J’y perds mon regard 4 heures durant depuis mon fauteuil rouge. Ambiance L’Ecole des Fans ou se succèdent des artistes sans prétention.
C’est bientôt notre tour. Une des chanteuses ne viendrait pas. On me fourgue les paroles entre les mains. Faudrait juste mimer 15 lignes de chinois face camera. Mon moment de gloire. L’ultime. Celui que je décrivais le matin même dans le regard embrumé de mon Prince. Devine quoi cet aprèm je tourne dans un clip. « I want to be a movie star » dixit les 32 bougies anti-rides et pro-botox.
Parce qu’une meuf, où qu’elle vive, quelle qu’elle soit, croit secrètement que son potentiel peut être révélé au détour du trottoir de Grigny, de l’aéroport de Londres ou du studio TV de Pudong de Shanghai de la Chine. A bon entendeur. Ou plutôt « On vous rappelle », la chanteuse autrichienne en question ayant finalement pointé le bout de son nez au moment même ou le mien pouvait fredonner le museau haut l’air musical dont vous serez abreuvé en 2010.
Participation finale plus mesurée donc. A découvrir prochainement sur le côté gauche de la vidéo si vous êtes face camera. Main dans la main avec 2 autres figurants chinois. Ambiance We are the World, où nous nous balançons lentement de gauche à droite dans une envie communiste d’un monde meilleur, oscillant moins entre les bords politiques que dans le ridicule de la situation.
 
Au mieux, la chemise remontée sur un ventre à l’air gorgé de bière, je serai coupée au montage. Au pire je vous balance la vidéo de mon exploit cinématographique ce week-end.

Carine - 22:37 - rubrique J'ai testé pour vous - Permalien - 0 commentaires

Vendredi 10 Avril 2009

Le pardon s’immisce en politique

Note : 3.2/5 (168 notes)

Les flashs crépitent. Aujourd’hui Raffarin pose la première pierre de la future Ambassade de France à Pékin. Acte II de la réconciliation franco-chinoise. Tout est dans le symbole. Celui du pardon d’une diplomatie française ping pong, accordée il y a un peu par la Chine dans les coulisses du G20. On est loin des embrassades Obamianesques mais le geste est là : Hu Jintao souriant, main dans la main avec Sarko.
Le pardon s’immisce en politique. Ségolène affirmera le genre en Afrique cette semaine tout en s’autoproclamant au dessus de la diplomatie française. Elle n’en reste pas moins sincère. Ainsi va le « j’ai merdé » d’Obama à la presse en Février après la nième démission d’un des ses collaborateurs.
Dès lors le principe d’émo-action prend un coup de vieux. La guitare de Michèle a Carla? Ringard. Sarkozy dans les usines parlant le Ch’ti ? Grotesque. Le pardon joue la transparence quand l’action symbolique manque de crédibilité. Le politique n’a plus de droit mais des devoirs. S’il merde, il s’excuse.
Une leçon pour la Chine ? En réponse à une diplomatie française à genou, on n’attendait pas moins une enquête et des sanctions contre les policiers mis en cause dans une vidéo illustrant les violences faites au Tibétains et qui fera le tour du monde ces dernières semaines. La réponse fut tout autre. Youtube est depuis censuré ici. Un jour peut être.
 

Carine - 16:25 - rubrique Humeurs - Permalien - 0 commentaires

Dimanche 05 Avril 2009

Loi Hadopi : faites entrer l'accusé

Note : 3.4/5 (159 notes)

La loi Hadopi vient d'être votée à l'Assemblée Nationale. Et se présente comme un procès à charge contre les pirates du web*, qui n'étaient pas dans le box. C'est bien dommage.

La loi restera dans les annales pour son inefficacité, car il y a d’emblée une grave erreur sur la définition du téléchargement. Celle-ci trahit l’ignorance de l’industrie du disque pour son consommateur. Le téléchargement n’est pas un vol, c’est du partage. Ce n’est pas un acte isolé : c’est un phénomène de société. Dans le jargon populaire, que seuls les politiques et les capitalistes semblent désormais ignorer, on appelle ça "le web collaboratif". Je suis passionnée par la musique, l’histoire, la cuisine, la poésie ou l’art, et je le partage avec d’autres personnes sur un site de téléchargement, Wikipedia, Marmitton.org ou mon blog. Si Louis XVI, l’inventeur de la quiche lorraine, Andy Warhol et Paul Eluard font moins de bruit, la raison est simple : les enjeux financiers.

Pour lire la suite de ma derniere chronique pour l'Atelier,
c'est ici
Et surtout
ici pour decouvrir le talent d'un citoyen du web, co-fondateur du reseau des Pirates .

Carine - 17:14 - rubrique Chroniques numériques - Permalien - 4 commentaires

Mercredi 18 Février 2009

just for fun

Note : 3.4/5 (159 notes)


Carine - 13:25 - rubrique Video - Permalien - 0 commentaires

Plus d'articles :

Bookmark and Share

archives

Carine Senft
View Carine Senft's profile on LinkedIn